Serruriers : les arnaques entraînent une méfiance

C’est ce que révèle une étude IFOP, réalisée auprès de 1017 Français, sur la méfiance de ceux-ci à l’égard des serruriers. Si 37 % des particuliers ont déjà eu à faire appel à un serrurier au moins une fois dans leur vie, que ce soit pour une opération de dépannage ou pour une nouvelle installation, ce sont plus de la moitié d’entre eux (54 %) qui se méfient de ces professionnels.

Suite à cela, ces derniers se sont classés en tête des métiers du dépannage qui inspirent le moins confiance, loin devant les garagistes (40 %), les plombiers (32 %), les chauffagistes (29 %), les travailleurs du BTP (27 %) et les électriciens (23 %). Ce classement très peu flatteur tend malheureusement à se généraliser et à toucher toute la profession.

Serruriers : les arnaques se multiplient et inspirent la méfiance

Les situations imprévues comme la perte de clés ou l’oubli de celles-ci à l’intérieur de l’habitation sont les raisons les plus fréquentes (25 %) qui poussent les particuliers à faire appel à un service de dépannage de serrure.

Dans ce moment de crainte, d’incertitude et de stress vécu par le client, certains serruriers profitent pourtant de la vulnérabilité de celui-ci pour l’induire en erreur sur l’état de la porte et tenter de tirer un maximum de profit de l’intervention en augmentant considérablement la note.

Ce sont ces mauvaises pratiques qui ont poussé 55 % des interrogés lors de ce sondage pour Hop’ Dépannage à Tours à ne pas faire confiance aux serruriers, car 47 % dénoncent le manque de transparence dans la tarification.

Le sentiment d’arnaque est d’autant plus amplifié lorsque certains de ces professionnels n’hésitent pas à quintupler le prix de leur intervention en heure anormale, le soir ou la nuit, sachant que les tarifs moyens sont de 335 euros.

L’impact de ces escroqueries s’étend malheureusement sur toute la profession et ternit l’image de l’activité. Les chiffres fournis par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes ne font, d’ailleurs, que confirmer ces faits, avec plus de 1000 plaintes enregistrées chaque année, rien que pour les interventions de dépannage de serrures.

Selon la DGCCRF, comme les prix de l’intervention ne sont pas clairement annoncés par certains prestataires avant le début des travaux, le consommateur n’est plus en mesure de refuser l’intervention une fois que celle-ci est entamée, bien qu’il trouve le prix trop élevé.

Travaux de serrurerie : un meilleur encadrement demandé

Pour y remédier, les Français sont catégoriques : 8 interrogés sur 10 exigent un renforcement de l’encadrement des professionnels de la serrurerie par le gouvernement. Ainsi, 56 % des particuliers sélectionnent aujourd’hui ces prestataires selon l’affichage de leurs tarifs raisonnables, en particulier chez les 50-64 ans (65 %), ceux qui s’en tiennent aux recommandations de leur assureur arrivent ensuite avec deux points de moins (54 %), suivis par ceux qui font plutôt appel aux professionnels recommandés par leurs proches (52 %).

Malgré tout cela, 81 % des participants à ce sondage se disent satisfaits de l’efficacité de ces professionnels, tandis que 78 % apprécient la rapidité des services. Pour ce qui est du rapport qualité-prix, par contre, les particuliers sont moins d’accord : 50 % se disent satisfaits du montant global de l’intervention, contre 45 % seulement à apprécier le montant final annoncé à la facturation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *